Fais gaffes aux biches

Texte de Léo Marin Lettry

« Ce projet n’est  donc pas une exposition théorique, ni thématique, ni historique, ni même panoramique, mais plutôt quelque part… une exposition implosive, sensitive, émo-core et consanguine. »

« Nous sommes plusieurs dans nos têtes. C’est Star Wars dans la leur. »
[Gas Barthély]



FAIS GAFFE AUX BICHES
PASSAGE POSSIBLE DE PETITES ENTITÉS SÉDUISANTE



Fais gaffe aux biches !
Aurait il pu crier du haut d’un promontoire. Hélant le passant pour lui rappeler qu’il était en terrain, non pas hostile, mais dans un environnement où tout est possible.

« Fais gaffe aux biches mec ! Tu vois pas qu’elles viennent de naître et sont encore fragile ». Ces petits faons viennent d’arriver dans notre monde et s’émerveillent encore de tout ce qu’ils y trouvent. Pourtant notre entité est malgré tout amenée à grandir et se rendre compte que tout n’est pas si fantastique qu’il n’y parait.

Tout « Bambifiant » que cela puisse être, c’est surtout là un moyen de nous signaler un possible attendrissement à venir. Non pas que tout ce que vous allez croiser va être petit, mignon et fragile, mais surtout, que c’est une chose qu’il faut chérir, en y apportant de l’affection. La naissance d’une nouvelle entité est toujours un évènement qu’il faut apprécier.



Cela aurait tout aussi bien pu être un panneau de signalisation, propre à une énième forêt enchantée. Un objet dissonant, anachronique et peu banal. Un signe qui pourtant fait écho dans la tête de tout un chacun. Un simple outil de signalisation qui vous somme d’être vigilant vis à vis de ce que vous pouvez rencontrer dans les parages. Plein d’auto dérision et avec un soupçon de cynisme, entre la blague et le révélateur de conscience, un objet autonome.



« Fais Gaffe aux Biches », cela pourrait être encore un graffiti sur un mur à l’abandon dans une campagne environnante. Une sorte de cri du cœur, une pulsion si forte qu’il faut en faire part à tout le monde. Un trait d’esprit survenu de manière impromptue qu’il aurait fallu extérioriser sur le champ. Quelques mots qui diraient :

« Attention, tu peux être séduit par des yeux de biche, mais ils peuvent s’avérer être le camouflage de quelque chose de bien plus dangereux qu’il n’y paraît. »



« Fais Gaffe aux Biches » c’est surtout le titre paradigmatique de ce que vous allez vivre par le biais de ce cycle d’événements. Avec le potentiel d’une supernova, capable de mourir en une implosion qui créera une multitude d’autres étoiles, vous pourrez apprécier différents moments, différents travaux de différents artistes, prenant toutes les formes possible de la création. Une expérience du champs des possibles qui ne saurait elle même ce qu’en sera sa finalité.

D’où l’importance de vivre et de participer à cette entreprise. Le plus important me semble t’il, c’est de ce souvenir que quoi qu’il arrive, c’est et se sera toujours, le voyage qui compte, non la destination. Tout çà pour dire que le plus important dans ce morceau d’histoire en construction, c’est la direction que chacun prendra, que se soit l’artiste le visiteur ou l’intervenant.



« Nous sommes plusieurs dans nos têtes. C’est Star Wars dans la leur. » Preuve en est que le tout risque d’être foisonnant aussi bien dans sa réalisation que dans son résultat mais surtout dans les possibles émotionnels à même de vous traverser à ce moment là.

«  FAIS GAFFE AUX BICHES  » : Allocution littérale de l’interpellation virulente à l’encontre du quidam lambda, l’invitant à la participation, dans la fabrication de multiples possibles.
(Ô_o’)…



Léo Alban MARIN LETTRY
_________________________________________________________________________________________________



Metz

6 Rue Antoine
lundi 13 juin 2011
22h43 p.m.



« Croire ou ne pas croire, cela n’a aucune importance. Seul compte le fait de se poser de plus en plus de questions. »
[Bernard WERBER]
(d’accord c’est pas la plus glorieuse de mes références mais elle colle parfaitement à ce qui suit)

GNOSTIQUE VAUDOU
CROYANCES VOLUBILES POUR PLUS D’ACCES À L’INTANGIBLE


Effectivement, dit comme ça, cela parle à pas grand monde. Tachons d’analyser les données point par point.
Premièrement, GNOSTIQUE : relatif au gnosticisme. (Ô_o’) Cela ne nous avance pas plus ! Donc, GNOSTICISME : doctrine d’un ensemble de sectes chrétienne hétérodoxe des trois premiers siècles de notre ère, qui professait un dualisme radical et fondait le salut de l’homme sur un rejet de la matière, soumise au forces du mal, ainsi que sur une connaissances supérieure [GNOSE (nous y reviendrons tout de suite après)] des choses divines. Soit dit en passant, une croyance qui prône l’abandon des valeurs matérielles et exhorte ses fidèles à se focaliser sur leur érudition du divin (la suscité GNOSE). Encore plus simple, abandonner le monde tangible pour un meilleur accès au monde sensible.



Suit, VAUDOU : Culte pratiqué en Amérique du Sud, aux Caraïbes et en particulier en Haïti issu, à travers la traite négrière, des religions du Golf du Bénin, il mêle, éléments africain et catholique ; ses rites (cérémonies de possession, notamment) visent à entrer en relation avec un ensemble de dieux plus proche que Dieu, lui même, trop lointain. Grosso modo, une doctrine qui alloue la possibilité de rentrer en contacte avec des divinités mineures plus accessibles que Dieu.

Tout ça pour dire que, le GNOSTIQUE VAUDOU est une pratique qui permet d’abandonner le tangible pour accéder au sensible via un contact avec des entités prétendument proche du divin.


Nous savons tous que la création d’une conscience communautaire va de paire avec la création d’une conscience spirituelle. Il est donc légitime que la naissance d’une nouvelle entité (cf. Fais Gaffe Aux Biches, Passage Possible de Petites Entités Séduisante) soit suivit par l’élaboration d’une ébauche de gnose qui lui est propre.

Toute entité nouvelle arrivant à un moment donné à une conscience aiguë d’elle même, prend conscience de sa propre mortalité et entreprend de pourvoir à la subsistance de ses idées par le biais d’une idéologie qui lui survivra.



Il paraît évident qu’ après une attention toute particulière, portée à la matrice tangible, permettant la création (cf. Amniotic Fluid, Nourrir les Possibles / Aboutir à la Création), la prochaine étape de Fais Gaffe Aux Biches soit un questionnement relatif à sont devenir dans le sensible. Et ce, par le biais de créations qui n’hésitent pas à parler de ce qu’elles ne montrent pas directement, avec en point d’orgue pour clôturer ce cycle d’évènement la table ronde L’ART, LE SACRÉ, LE LAÏQUE ET MICHEL JOURNIAC, qui ne manquera pas d’apporter de nouveaux éclairages sur les questions de doctrines dans l’Art d’aujourd’hui.



Léo Alban Marin Lettry